Vœux et retours sur l’année écoulée

En ce début d’année 2019, je tiens à vous présenter tous mes vœux et j’en profite pour faire un petit bilan de l’année écoulée, du point de vue professionnel.

Je ne ferai pas ici de bilan comptable bien entendu. Mon activité en est encore à ses débuts mais un regard en arrière me permet déjà de mesurer le chemin parcouru.

La production

J’ai souhaité me lancer comme artisan, créateur d’objets en bois massif, avec l’idée de fabriquer des objets utilitaires ou purement décoratifs, la recherche de l’esthétique restant ma priorité.
Autodidacte, même si je savais qu’il me restait bien des choses à apprendre en la matière, j’avais déjà acquis les bases en travaillant le bois à mes heures perdues.

C’est l’occasion d’acquérir des bois précieux qui m’a incité à fabriquer des bijoux en bois. J’ai commencé par des colliers, puis après avoir compris que ce ne serait pas plus compliqué je suis passé aux boucles d’oreilles. Le tour à bois m’a ensuite permis de produire des bagues.

P1060836ter

P1070215bis

P1060314ter

Un des premiers objets de décoration sorti de mon atelier s’est révélé être destiné à une utilisation alimentaire : une coupe à fruits de grande taille, en chêne massif, qui après avoir patienté un an a récemment trouvé sa place en région parisienne. J’ai confectionné aussi des bougeoirs, des presses-livres, des presses-papiers… mais toujours des pièces uniques, ne souhaitant pas m’aventurer dans une logique de reproduction de ce qui s’est vendu et préférant chercher toujours à inventer.

P1050857bis

P1070177ter

Le tour à bois m’a permis de fabriquer de la vaisselle : assiettes et bols en frêne, chêne ou même séquoia par exemple.

P1070113bis

P1060895bis

Je travaille depuis trois mois sur un tout nouveau projet qui va me permettre de diversifier ma production et d’investir un nouveau domaine, j’en reparlerai dans quelques jours…

La vente

Dès le début de mon activité, j’ai voulu utiliser Internet comme moyen de vente. J’ai ouvert des boutiques sur des plate-formes prévues à cet effet : Un Grand Marché, Fait-Maison et Etsy.

Souhaitant être visible sur Internet de manière indépendante et dans l’optique de pouvoir faire de la vente directe j’ai également créé un site. Ceci a naturellement coïncidé avec la recherche d’un nom pour mon entreprise, qui m’a permis d’intituler mon site Sylvakal.
La vente par correspondance a posé la question de l’envoi des objets et donc des colis. Il a fallu réfléchir au conditionnement et aux façons de protéger les objets pour qu’ils ne soient pas abîmés par les chocs inévitables subis pendant le transport. Ceci engendre des coûts, variables suivant les dimensions et le poids des objets, qu’il faut évaluer au plus juste pour les répercuter sur les prix affiché en boutiques. Afin d’éviter des aller-retours au bureau de Poste pour limiter l’utilisation de mon véhicule, je me suis familiarisé avec la plate-forme Internet de la Poste qui permet d’affranchir tous types de colis depuis chez soi, avec le paiement en ligne et l’impression des timbres ou des étiquettes de Colissimo sur une imprimante classique. J’utilise aussi maintenant le service de la Poste qui permet de déposer son colis dans sa boîte aux lettres personnelle pour qu’il soit pris en charge par le facteur dès le lendemain matin.

Puisqu’il faut varier au maximum les vecteurs de vente, j’ai déposé des objets dans des boutiques de dépôt-vente. Ce fut l’occasion de remarquer que ces boutiques ne fonctionnent pas toutes de la même façon : certaines prennent un pourcentage sur les ventes (en général entre 25 et 35 %), d’autres préfèrent fonctionner avec un système de loyer mensuel, enfin quelques-unes allient les deux systèmes. Il faut donc chercher à fixer des prix qui restent acceptables pour les clients, mais sans brader le fruit de son travail, l’objectif à terme étant tout de même d’en tirer une certaine rémunération… et on se rend très vite compte que ça ne va pas être simple….

Cet automne, j’ai participé à mes premiers marchés, avec de nouvelles données à prendre en compte : le prix de l’emplacement, très variable suivant les marchés, le prix du carburant pour s’y rendre, non négligeable comme l’actualité nous l’a si bien rappelé. Quelques problèmes d’organisation se sont posés aussi. J’ai fabriqué des présentoirs pour les colliers et pour les boucles d’oreilles, je me suis procuré des tissus et des éclairages et j’ai fait mon possible pour disposer mes objets de manière harmonieuse et créer un stand qui invite à s’arrêter quelques minutes.

Resized_20181130_135431_888

Le point de vue administratif

Je ne détaillerai pas trop cet aspect : cahier de comptabilité, facturation, déclarations d’impôts et cotisations sociales, terminal de paiement par carte bancaire… ne sont pas des sujets passionnants pour ceux qui ne se destinent pas à devenir entrepreneur.

L’investissement financier

Même si j’étais déjà bien équipé pour un amateur en démarrant mon activité, il me manquait indéniablement des machines : le tour à bois en particulier.
L’idée étant de lancer mon activité avec le minimum d’investissement, j’ai choisi un « petit » tour à bois, un tour d’établi de bonne qualité, pour privilégier un prix raisonnable, mais aussi par manque de place dans mon atelier.
Il n’a d’ailleurs pas été simple d’organiser mon espace de travail au mieux, en optimisant l’utilisation de la vingtaine de mètres carrés dont je dispose, mais sans sacrifier l’ergonomie nécessaire pour ne pas perdre de temps et travailler en toute sécurité . Pour utiliser au mieux mes machines, j’ai monté la défonceuse et la scie circulaire sous table : j’y ai consacré de nombreuses heures mais j’ai ainsi évité l’achat de matériel coûteux.
Il y a eu aussi tous les micro-achats, comme les apprêts et les pinces spéciales pour les colliers et les boucles d’oreilles, les huiles et vernis pour les objets de décoration ou de cuisine, les cartons, enveloppes et protections pour les envois, les cartes de visite, et j’en passe…

Et pour 2019 alors ?

Déjà beaucoup de chemin parcouru mais il reste tant de choses à faire !
La version actuelle du site Internet est très loin d’être satisfaisante, il y aura beaucoup d’améliorations à apporter en terme d’ergonomie de présentation, d’arborescence… et peut-être à terme pourrai-je proposer des achats directs sur le site, sans passer par des plate-formes de vente extérieures !
En terme de fabrications, il me reste à me constituer un véritable stock pour pouvoir proposer suffisamment de produits sur les marchés.
Et bien entendu il va falloir trouver ces marchés, foires, expositions… adaptés à ce que je fabrique, pour le printemps, l’été, l’automne prochains. Il faut souvent s’y prendre plusieurs mois à l’avance, et puisqu’il n’existe pas de répertoire national, chercher pour trouver les bons lieux et les bonnes dates !

Je vous souhaite le meilleur pour l’année 2019 !

2 réflexions sur « Vœux et retours sur l’année écoulée »

  1. Bravo pour la créativité , la beauté des pièces, l’investissement… tous mes voeux de réussite pour 2019…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close