La fête des métiers de la forêt

Ma première participation à la fête des métiers de la forêt à La Sauvagère. Celle-ci existe tout de même depuis plus de 40 ans !

La Sauvagère, d’après son nom village prédestiné à accueillir une grande manifestation autour du bois. En effet, La Sauvagère, dont les habitants sont des Sylvagériens, tient son nom du latin silva, hellénisé en sylve, qui désigne la forêt. Avec le regroupement de communes, il a fallu choisir un nom au village créé par la réunion de La Sauvagère et de Saint-Maurice-du-Désert. Après consultation des habitants, c’est le nom « Les Monts d’Andaine » qui est choisi. Choix judicieux puisque la forêt qui jouxte le village s’appelle la forêt d’Andaine, ou forêt des Andaines (éventuellement écrit « Andennes »). L’origine du nom de cette forêt n’est pas formellement connue, mais il est probable qu’il découle du mot « andain », désignant une quantité d’herbe fauchée à chaque pas, ou une rangée d’arbres. Aujourd’hui, le terme « andain » est utilisé en sylviculture : à l’issue d’une coupe ou d’un débardage, il s’agit des bandes de branches et de rémanents à dégager du terrain que l’on reboisera. Bref, on reste là dans le domaine du bois.

En ce dernier dimanche de juin 2019 donc, le soleil était au rendez-vous, contrairement à l’année précédente. Dès le matin, je me rends sur le site de la chapelle des Friches, perdu au milieu du bocage normand, deux ou trois maisons à proximité tout de même.
Les plus matinaux auront pu prendre un petit déjeuner aux tripes… Rappelons que les tripes Fertoises sont une spécialité de La Ferté-Macé !
A 11 heures a lieu une messe Saint-Hubert à la chapelle avec les trompes de chasse du rallye Saint-Michel.
Juste au-dessus de la chapelle, c’est là que se déroulent les festivités : au milieu des bois, comme il se doit pour fêter les métiers de la forêt.

L’organisation est impeccable et a mobilisé près de 80 bénévoles qui sont à pied d’œuvre pour certains depuis trois semaines. Des panneaux guident les visiteurs sur les petites routes et permettent de s’y retrouver, dans ce dédale de champs, prairies et bois. A l’arrivée, des bénévoles indiquent le « parking » : deux grands champs prévus à cet effet, détail qui a son importance : un seul ne suffirait pas à accueillir tous les véhicules au vu de l’affluence tout au long de la journée.
Et sur le lieu proprement dit, une rangée de stands d’artisans du bois : créateurs d’objets en bois, petits et grands. C’est là que je me situe.
Quelques jeux sont organisés : tombola, poids du mouton, un stand de tir à la carabine (c’est sans rapport avec le mouton), un stand de lancers d’adresse, une structure gonflable pour les petits, un grand toboggan, un atelier d’initiation à la sculpture à destination des enfants au milieu des oeuvres de Jean-Charles Courtois.

P1070749bis

P1070750bis

Pour le ravitaillement, une buvette bien sûr, des ventes de crêpes bien entendu, et de grandes tablées pour prendre des repas sur place, bien évidemment.
Dans les curiosités à observer, un vieux banc de sciage :

P1070744bis

Celui-ci est entraîné par une « locomobile » à vapeur, fonctionnant au charbon de bois, lui-même fabriqué sur place tout spécialement pour l’occasion par les bénévoles depuis quelques semaines. Quelle esthétique tout de même avec l’alliance du rouge et du noir, elle est belle cette machine ancienne non ?

P1070745bis

Et puis il y a la démonstration de sculpture à la tronçonneuse. Comme chaque année, Gérard Ferruel réalise une statue, qui est ensuite intégrée au village. Il y a eu par exemple l’abbé Pierre, maintenant dans l’église de La Sauvagère, la statue de la liberté, près de l’ancienne mairie, le banc avec deux têtes d’animaux, dans le parc. L’année dernière, c’est un écolier qui a été sculpté, il trouvera bientôt sa place près de l’école.

P1070723bis

Cette année, nous découvrons au fil de la journée une écolière, qui tiendra probablement compagnie à l’écolier dans un an.

P1070731bis

P1070732bis

P1070742bis

Et enfin, il y a du spectacle avec le concours de bûcherons. Différentes épreuves ont lieu. L’épreuve du stère de bois : il s’agit de faire tomber et de refaire le plus vite possible un stère de bois (l’esthétique du tas de bois compte aussi !).

P1070706bis

P1070717bis

Il y a une épreuve de tronçonnage de lamelles de bois dans un énorme tronc. Il y a aussi une épreuve de sculpture à la tronçonneuse.

La journée s’achève par un dîner agrémenté d’un spectacle cabaret avec une chanteuse de music-hall et un transformiste.

Mon seul regret : ne pas avoir pu profiter de toutes ces attractions puisque je tenais mon stand ! Mais les visiteurs sont venus nombreux, puisque les deux champs prévus pour se garer ont été complets dans l’après-midi ; il faut dire que le temps a vraiment été un atout cette année.
Les visiteurs qui se sont attardés devant mon stand se sont montrés intéressés et j’ai eu la satisfaction de vendre un certain nombre de mes créations, ce qui est toujours très encourageant. Alors je vous donne rendez-vous pour l’édition 2020, le dernier dimanche du mois de juillet !

P1070695

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close