Publié par Laisser un commentaire

La fête des métiers de la forêt

Ma première participation à la fête des métiers de la forêt à La Sauvagère. Celle-ci existe tout de même depuis plus de 40 ans !

La Sauvagère, d’après son nom village prédestiné à accueillir une grande manifestation autour du bois. En effet, La Sauvagère, dont les habitants sont des Sylvagériens, tient son nom du latin silva, hellénisé en sylve, qui désigne la forêt. Avec le regroupement de communes, il a fallu choisir un nom au village créé par la réunion de La Sauvagère et de Saint-Maurice-du-Désert. Après consultation des habitants, c’est le nom « Les Monts d’Andaine » qui est choisi. Choix judicieux puisque la forêt qui jouxte le village s’appelle la forêt d’Andaine, ou forêt des Andaines (éventuellement écrit « Andennes »). L’origine du nom de cette forêt n’est pas formellement connue, mais il est probable qu’il découle du mot « andain », désignant une quantité d’herbe fauchée à chaque pas, ou une rangée d’arbres. Aujourd’hui, le terme « andain » est utilisé en sylviculture : à l’issue d’une coupe ou d’un débardage, il s’agit des bandes de branches et de rémanents à dégager du terrain que l’on reboisera. Bref, on reste là dans le domaine du bois.

En ce dernier dimanche de juin 2019 donc, le soleil était au rendez-vous, contrairement à l’année précédente. Dès le matin, je me rends sur le site de la chapelle des Friches, perdu au milieu du bocage normand, deux ou trois maisons à proximité tout de même. Continuer la lecture de La fête des métiers de la forêt

Publié par 2 commentaires

Vœux et retours sur l’année écoulée

En ce début d’année 2019, je tiens à vous présenter tous mes vœux et j’en profite pour faire un petit bilan de l’année écoulée, du point de vue professionnel.

Je ne ferai pas ici de bilan comptable bien entendu. Mon activité en est encore à ses débuts mais un regard en arrière me permet déjà de mesurer le chemin parcouru. Continuer la lecture de Vœux et retours sur l’année écoulée

Publié par Laisser un commentaire

Bois de rose, ébène et séquoia

Un bon mois s’est écoulé depuis le dernier article… et oui, au mois de mai il y a beaucoup à faire dans le jardin et surtout au potager, alors logiquement j’ai passé moins de temps dans l’atelier. C’est un énorme privilège d’être maître de son temps, de pouvoir décider à la dernière minute de quoi sera faite l’heure qui vient, en étant seulement guidé par la météo, la température extérieure, ou simplement l’inspiration ou l’envie du moment.

J’ai bien entendu trouvé le temps de produire quelques objets, consacré quelques heures à la gestion du site et des boutiques en ligne, fait quelques photos et poursuivi mon travail de documentation afin de continuer à progresser dans la maîtrise de tous les savoir-faire sollicités dans le travail du bois.

J’arrive au bout de mon stock de séquoia, mais j’ai encore pu tourner quelques jolies pièces. Continuer la lecture de Bois de rose, ébène et séquoia

Publié par 4 commentaires

Vies, morts et renaissances d’un séquoia

Vers le début des années 80, une amie de mes parents rentre des États-Unis avec un souvenir un peu particulier de son voyage : elle rapporte dans ses valises un morceau d’écorce de séquoia.
Peut-être a-t-elle une idée derrière la tête, sans doute veille-t-elle à ne pas laisser l’écorce se dessécher, toujours est-il qu’au bout de quelques jours une jeune pousse apparaît. Vivant en appartement, elle ne peut espérer faire pousser un séquoia sur son balcon, et c’est ainsi que le jeune arbre issu d’un mastodonte américain se retrouve planté dans le jardin de mes parents après avoir survolé l’Atlantique. Continuer la lecture de Vies, morts et renaissances d’un séquoia

Publié par Laisser un commentaire

Une étagère d’angle double

Voici quelques images de la fabrication et de la pose d’une étagère double, à fixer dans un angle de murs.
Les étagères sont en pin et les montants en chêne.
Après avoir découpé et poncé les quatre pièces, je fais un montage « à blanc », c’est à dire sans colle, pour vérifier que les chevilles sont bien positionnées et que tout s’assemble correctement. Continuer la lecture de Une étagère d’angle double

Publié par Laisser un commentaire

Tournage d’une assiette en séquoia : il y a parfois des ratés…

Je vous propose aujourd’hui de suivre le déroulement du tournage d’une assiette creuse en séquoia.

Je commence par découper un bon morceau d’une énorme bûche de séquoia, à la scie circulaire sur tout le pourtour, ce qui donne une profonde entaille qui va servir de guide pour scier à la main.
Je scie dans le sens du fil, avec une égoïne dont la denture est faite pour scier en travers du fil… du coup c’est dur, c’est long, ça n’avance pas, alors on alterne main gauche main droite pour éviter d’avoir un bras tétanisé demain matin… et finalement j’obtiens une belle tranche de 5 cm d’épaisseur, dans laquelle je découpe à la scie à ruban un carré de 20 cm de coté :

P1060626bis

Continuer la lecture de Tournage d’une assiette en séquoia : il y a parfois des ratés…

Publié par Un commentaire

Bois de fil ou bois de bout ?

Les planches à découper que l’on trouve dans nos cuisines sont en général en bois de fil, alors que les billots de boucher sont toujours en bois de bout. Mais que signifient ces deux expressions ? Je vous livre quelques éléments d’explications…

Le bois est un matériau qui possède une structure très particulière : il est constitué de fibres qui vont à peu près toutes dans la même direction : pour un arbre qui est encore sur pied, les fibres qui forment le tronc sont verticales. Une branche qui a poussé horizontalement a ses fibres horizontales. C’est la disposition de ces fibres qui explique qu’une branche possède une certaine élasticité et peut être plus ou moins courbée sans rompre. Continuer la lecture de Bois de fil ou bois de bout ?

Publié par Laisser un commentaire

Fabrication de boucles d’oreilles en ébène : le déroulement en images

Cette semaine je te propose de m’accompagner à l’atelier pour suivre pas à pas la fabrication d’une paire de boucles d’oreilles. Alors couvre toi, la température ne va pas dépasser les 10°C, mais avec un café de temps à autre et de la musique, ça devrait aller !

On commence par le choix de la musique donc : l’album « The gathering of the elders » du groupe Groundation, qui tourne pas mal dans l’atelier en ce moment.
Le choix du bois ensuite : de l’ébène du Gabon, sur lequel je tenterai une finition brillante, au contraire des boucles d’oreilles de la semaine dernière, que j’avais faites mates.

Je règle le guide parallèle de la scie sous table pour couper une tranche de 5 mm d’épaisseur dans le bloc d’ébène :

P1060510bis

Attention j’ai relevé la cape de protection de la lame pour prendre les photos : si tu tiens à tes doigts, mieux vaut éviter d’utiliser cette machine sans protection ! Continuer la lecture de Fabrication de boucles d’oreilles en ébène : le déroulement en images